Vidéo, 45'

J’ai proposé aux habitants de Bafoussam de répondre à la question : si j’étais camerounaise, je ressemblerais à quoi ? La performance a duré quatre heures. Le corps s’est inscrit dans une nouvelle expérience, une succession de postures. Le film relate cette action qui repose sur des préoccupations liées à l’identité.

Rien n’aurait été possible sans l’aide de la Compagnie théâtrale Feugham.

 




Photographie imprimée sur bâche, 200 x 300 cm

Sur l’invitation de Nathalie Travers, un temps de travail a eu lieu en octobre 2006 à Kervilahouen (Belle-île en mer), Résidence à l’initiative de l’association R1 Centre du monde.

Différentes actions dans le paysage mettent en jeu des états de résistances. En fonction de la présence, du mouvement et de la puissance des éléments (eau, vent, lumière), le corps réagit jusqu’à atteindre un seuil, point d’achèvement de l’action et du plan-séquence.

En collaboration avec le comédien Samuel Tchuenche Kamdem.

 




Vidéo, 11’58

Mlua s’emploie en Baham (dialecte de l’ouest du Cameroun) pour désigner les nuages, l’impression de brouillard et de visibilité restreinte.

> Voir l'exposition du Granit (Belfort, du 23/11/07 - 16/01/08), conçue comme une installation autour du film.